Groupe Hospitalier carnelle portes de l’oise

Histoire

 

 

La vie Hospitalière à Beaumont-sur-Oise
 

Quelques dates clés.

 

Dès le 12ème siècle, existait à Beaumont-sur-Oise, le long des rives de l’Oise, un Hôtel-Dieu qui accueillait aussi bien les malades (lépreux…), les pauvres que les visiteurs et les pèlerins (culte de Saint-Léonor).

Quelques siècles plus tard, en 1846, les malades furent transférés dans une ancienne fabrique de sucre rénovée, sur l’emplacement actuel de l’Hôpital Jacques Fritschi.

 

En 1872, grâce aux libéralités de Monsieur Hypolite Donatien HADANCOURT qui lui léguait tous ses biens, meubles et immeubles, l’Hôpital de Beaumont-sur-Oise devait connaître un essor que seule la guerre de 14-18 pu troubler.

 

1897 : Inauguration de l’actuel pavillon de Chirurgie (Pavillon Hadancourt)

1928 : Création d’un bloc opératoire et rehaussement du Bâtiment Hadancourt

1935 : Implantation de la première salle de radiologie au niveau du bloc opératoire

1951 : Création d’un Laboratoire d’analyses médicales

1962 : Ouverture de la Maison de Retraite Saint-Laurent

1973 : Ouverture du Centre Psychothérapeutique « Les Oliviers »

1976 : Ouverture des nouveaux services d’Urgences

1982 : Ouverture du Pavillon Guillemet hébergeant la Pédiatrie

1983 : Ouverture du Service de Réanimation Polyvalente

1983 : Ouverture du Pavillon Edmond TURCQ

1986 : Transformation de la Maison de Retraite en Etablissement Sanitaire et Médico-social dénommé « Pavillon Saint-Laurent »

1987 : Modernisation de la Maison de Retraite

1992 : Le Centre Hospitalier de Beaumont-sur-Oise devient le Centre Hospitalier Jacques Fritschi.

1993 : Nouveau Bâtiment pour Moyen Séjour relié au Pavillon Saint Laurent

1998 : Signature d’un contrat d’Objectifs et de Moyens avec les Hôpitaux de Pontoise et de Magny en Vexin.

1999 : Ouverture des Services d’Hôpital de Jour et d’Hôpital de Semaine

2000 : Fusion des Centres Hospitaliers de Beaumont et de Méru donnant naissance au Centre Hospitalier Intercommunal des Portes de l’Oise.

2002 : Inauguration du nouveau bâtiment Urgences-Radiologie sur le site Albert Degrémont et regroupement des maisons de retraite en Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD)

2003 : Ouverture d’un Service d’EVC-EPR (Etat Végétatifs Chroniques – Etat Pauci-Relationnel)

2003 : Le CHI des Portes de l’Oise se dote d’un nouveau LOGO.

2004 : Le CHI des Portes de l’Oise est accrédité par l’A.N.A.E.S (Septembre) – Adhésion en décembre au réseau « Hôpital sans Tabac ».

2005 : Démarrage en février des travaux du nouveau plateau médico-technique sur le site « Jacques Fritschi » – Ouverture de la Maison d’Accueil Spécialisée « l’Orée de Carnelle » sur le site « Les Oliviers » – Avril : ouverture hôpital de jour à Domont – Décembre : Ouverture de l’IRM-SCANNER

2007 : Déménagement au 1er semestre des services de Réanimation, Pédiatrie, Néonatalogie, Urgences dans le nouveau plateau Médico-Technique. Octobre : Déménagement du Service des Consultations et de la Gestion Administrative des Patients dans le nouveau bâtiment.

2008 : Démarrage de la construction du futur bâtiment d’accueil des patients sur le site « Les Oliviers »

2009 : Octobre, déménagement des services de psychiatrie G08 et G14 dans le nouveau bâtiment.

2014 : le CHI des Portes de l’Oise, le GHIV, le CH de Carnelle et le CH de Pontoise constituent la Communauté Hospitalière de Territoire Vexin Nord Val D’Oise.

2015 : au 1er janvier, le CHI des Portes de l’Oise et le CH de Carnelle fusionnent et deviennent le Groupe Hospitalier Carnelle Portes de l’Oise.

 

Histoire du site de Carnelle
 

 

Le Site de Carnelle est situé à l’orée de la forêt de Carnelle sur un domaine de 98 ha. Cette terre fut donnée aux moines de Saint-Denis par Charles V pour “donner asile en ce lieu à de pauvres malades nos frères en Jésus-Christ et être en grand’pitié pour eux”.

Au cours des siècles, elle changea plusieurs fois de propriétaire. Le dernier fut le duc de Massa qui fit reconstruire le château en 1880. Celui-ci est une copie du château de Maison-Laffite, de style Mansard. L’ensemble architectural comprenait également une chapelle, un théatre, une orangerie, une rotonde et des communs. Le parc abritait de nombreuses serres et 101 espèces d’arbres différentes que l’on peut encore admirer.

Le duc de Massa, sans descendance, fit don de son domaine à la ville de Paris. Le château fut transformé en sanatorium et le premier malade fut admis le 1er juillet 1930. Au fil des années, des constructions nouvelles vinrent s’ajouter au château, avec une installation chirurgicale permettant de traiter complètement les malades, à l’ère de la collapsothérapie et des exérèses. L’ensemble comprenait alors plus de 500 lits. Puis la découverte de médicaments efficaces contre le bacille de Koch a fait régresser de façon spectaculaire la mortalité de la tuberculose en France. Ces nouvelles thérapeutiques ont développé les cures à domicile et, à partir de ce moment-là, le sanatorium de Saint-Martin-du-Tertre a accusé une nette diminution du nombre des admissions.

Prévoyant cette récession, le docteur Kerambrun, médecin-directeur, étudiait un projet de conversion de sanatorium, dès 1966. Ce projet se concrétisa par la mise en service de 60 chambres individuelles. Ce nouveau service, à orientation diététique, a été ouvert le 23 mars 1970. L’aile attenante au château a été définitivement fermée en 1992.

 

Histoire du site de Méru
 

L’Hôpital Albert Degrémont de Méru a fusionné en l’an 2000 avec le centre Hospitalier De Beaumont-sur-Oise Jacques Fritschi.

Rubrique en construction